Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Courir le guilledou, courir la prétentaine, autrement dit rechercher et multiplier les aventures galantes, pas toujours dans des endroits très fréquentables. A noter que le mot guilledou ne s'emploie que dans cette expression, étonnant non ! Que celui ( ou celle ) qui n'a jamais couru le guilledou lève le doigt ? Ben oui, quoi, on a tous un jour ou l'autre couru la prétentaine ! Il n'y faut voir aucun mal ! Et qui dit courir le guilledou dit chasser la gueuse !

barre de separation,separateurs
Au XVIe siècle, il existait des locutions telles que "courir le guildron" pour "courir l'aventure" et "courir le guildrou" pour "fréquenter de mauvais lieux".

Dans le dictionnaire de l'Académie Française de 1694, notre expression « courir le guildrou « signifiait : "Aller souvent et principalement pendant la nuit dans les lieux de débauche" ( " pour y courir la gueuse " bien évidemment, il n'y a aucun mal à se faire du bien).
De même il semblerait que les mots commençant par « guil « sont issus du verbe '' guiller '' qui voulait dire '' tromper « ou « ruser « et dont de nombreux dérivés comportent une idée de séduction sexuelle empreinte de ruse et de tromperie. On retrouve cette notion de tromperie à connotation sexuelle dans le sens premier de l'expression où les lieux de débauche étaient fréquentés par ceux qui courent le guilledou, autrement dit des coureurs de jupons prêts à toutes les ruses possibles pour attirer dans leur lit les jeunes et jolies filles qui auraient eu la mauvaise idée de s'y rendre.
Sachez encore qu'autrefois les Guillaume et autres Gilles, étaient des prénoms donnés aux trompeurs ou faiseurs de cocus !

De nos jours l'expression a pris un sens plus léger et courir le guilledou, c'est sortir dans l'espoir d'aventures amoureuses.

Afficher l'image d'origine

Tag(s) : #les belles expressions de la langue française

Partager cet article

Repost 0