Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Numériser0013-copie-1’ La misère est fertile en inventions’’, dit un vieux proverbe russe. Nulle part cet aphorisme de la sagesse des moujiks ne s’est trouvée mieux vérifiée qu’à Constantinople, et par l »exemple des émigrés russes, envahisseurs involontaires, malheureux et pacifiques de Stamboul.
Beaucoup d’entre eux ont été riches et tous - sans que Lénine ne leur eût imposé son paradis - avaient au moins gîte et nourriture. débarqués chez les Turcs face à face avec les lendemains faméliques.  Alors ceux qui avaient des bijoux les vendirent. Ceux qui avaient de la voix chantèrent dans les rues. Ceux qui n’étaient riches que par l’absence de scrupules spéculèrent. Mais tous ces domaines d’activités sont restreints, car il faut des activités qui réduisent singulièrement le nombre de ceux qui veulent s’y employer.

Aussi voit-on des émigrés conduire, des voitures, travailler au port comme débardeurs ou encore vendre des tapis avec des yeux aussi fatalistes que leurs confrères turcs. Mais aucun d’entre eux n’égala en générosité, semble-t-il Monsieur X…ancien millionnaire et possesseur, jadis, d’une écurie de courses.
Cet homme avisé n’ayant plus les roubles nécessaires à l’entretien des chevaux et connaissant l’attrait du hasard et du jeu, monta un champ de courses d’un genre particulier. Il se procura des cafards, dont la faune de Constantinople offre de vigoureux et multiples spécimens. Après un entraînement rationnel, les insectes furent capables de traîner de minuscules voitures en carton léger. Leur propriétaire aménagea une longue table qui servit  de piste et annonça l’inauguration de son turf.

On vint d’abord par amusement, puis comme les insectes-coursiers se comportaient vaillamment,les passions s’échauffèrent . On engagea quelques paris, d’autres suivirent.  Maintenant, chaque soir, une assistance nombreuse suit avec un intérêt avide les péripéties des courses.  Et leur ordonnateur , monsieur X…, vit fort largement du pourcentage  qu’il prélève avec régularité sur les sommes confiées à la chance des cafards attelés.

Il convient de s’en féliciter, c’est un psychologue.


J. Kessel - Mardi 27 juin 1922

 

Tag(s) : #Almanach Vermot

Partager cet article

Repost 0