Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nos domestiques
Le musicien Ducoing , qui eut son heure de célébrité, fut un jour amené par un de ses amis chez une vieille dame du faubourg Saint-Germain, fort amateur de musique.
En entrant, il donne au valet de chambre son nom et celui de Ducoing.
- Annoncez, je vous prie, le maestro Ducoing, dit-il.
Et le valet d’annoncer d’une voix forte :
- Le mastro-quet du coin !

 

http://corigif.free.fr/ma_rire/img/rire_019.gif


Tournure d’esprit :
- Il a de peine à compter votre garçon ?
- Oh, non ! Il compte très facilement, seulement voilà il compte toujours faux !

 

http://arumbaz.unblog.fr/files/2010/03/rire.gif

 

Bêtises
Un bourgeois de Paris étant en Province, quelqu’un lui demanda quel était son état.
Il répondit :  ‘’ je vends des livres de théologie  ‘’

- ‘’ Vous êtes donc libraire ? Lui répliqua-t-on
- Pas du tout, je suis épicier er je vends  des livres de  ‘’ Thé au logis  ‘’

 

http://studio-pandorabox.com/blog/wp-content/uploads/2009/03/44-rire.gif


Appréciation mondaine
A la sortie d’une messe de mariage :
-  ‘’ Y avait-il de jolies toilettes ?
- Adorables, des robes claires d’une richesse éblouissante.
- La mariée était en blanc ?
- Et le marié ,
- En foncé !


Le coup qui rate
On connaît ce personnage de Courteline qui, engagé pour faire ‘’ l’ours  ‘’ dans un théâtre du quartier, doit tomber mort sous la balle de carabine d’un valeureux chasseur. Seulement l’arme ayant raté, le chasseur sauve la situation en assenant un formidable coup de crosse sur la tête du plantigrade…lequel se met à crier ‘’ à l’assassin  ‘’.
Tableau.
Pareille aventure, mais avec un  autre dénouement , arriva l’autre soir, à l’Eldorado, à l’artiste Tramel, qui, dans un drame, doit tuer un criminel d’un coup de revolver. Le traître était sous la menace de l’arme et le public attendait haletant le coup de feu vengeur… Tramel pâlit ! Il avait appuyé sur la gâchette et aucune détonation ne se faisait entendre. Le  ‘’ criminel   ‘’ heureusement esclave du devoir et habitué à mourir chaque soir à la même heure, tomba comme une masse !
Le public ne s’embêtait pas, mais son hilarité redoubla quand, un peu plus tard, Tramel annonça d’après le texte :
- je viens de faire un joli carton.
- T’as des visions, cria un titi, en matière de conclusion.

Almanach Vermot 1922 - Mots drôles
Tag(s) : #Almanach Vermot

Partager cet article

Repost 0